Temps

Thursday, March 02, 2006

La mesure du temps

MESURE DU TEMPS



INTRODUCTION



Nous pouvons penser que la première mesure du temps se soit faite en jours, puis en cycles menstruels féminin, puis en saisons, pour arrivée en vies d'êtres humains.

Les bases repères étaient faciles à observer et à définir.

Pour le premier, le jour était induit d'un phénomène physique, nous masquant la lumière pour plusieurs heures. Cet aspect est notre perception de la rotation de la terre sur elle-même dans des conditions géographiques précises.

Pour le second, l'observation d'un corps humain donnait au temps un rythme plus long.

Le troisième temps plus complexe permettait de savoir quand il fallait se retrouver à un endroit précis pour pouvoir profiter des fruits que nous offre la nature.

Le quatrième temps était illusoire car variant presque à chaque cas, il restait néanmoins celui qui nous concernait le plus. Savoir combien de temps de vie nous souriait encore.



Il apparaît de ce raisonnement que l'homme a utilisé les moyens qui étaient mis a sa disposition pour mesurer le temps. Je pense qu'avec les évolutions technologiques, et l'apparition de l'informatique, nous pouvons nous poser une autre question que : " comment mesurer le temps ? ", avec quel outil, mais plutôt " quel forme a la variation d'une vie, d'un événement ou encore d'un phénomène physique ? ". En fonction de la réponse obtenue, c'est a nous de créer l'outil correspondant à cette réponse.

Le but principal de cette page internet est de présenter un autre concept qui se retrouve sur le site " hypothèse sur le temps ".



ÉVOLUTION DE LA MESURE DU TEMPS

AU TRAVERS DES AGES.



a : Le gnomon était avant tout un instrument de mesures scientifiques, un outil inventé pour permettre l'observation de notre environnement. Cet appareil avait une particularité complexe car variante au gré des saisons ; qui fut développée pour obtenir le cadran solaire. Les débuts de la géométrie en grèce

b : Une des première machine inventée par les scientifiques de l'époque était le cadran solaire.

c : Le cadran solaire avait pour inconvénient la présence impérative du soleil. Dans un soucis d'amélioration le génie humain mis au point le Clepsydre.

e : Jamais en manque d'idées, le clepsydre évolua en sablier.

f : La bougie pouvait servir à une double utilisation, celle d'éclairer, mais aussi en étant graduée, elle pouvait mesurer le temps.

g : Les automatismes mécaniques induiront les horloges à balanciers.

h : La miniaturisation des pièces produiront les montres à ressort.

i : Toujours à la recherche d'un perfectionnement, l'apparition des quartz introduit la mesure du temps, sur tous les supports du moment, comme la télévision, les téléphones portables, et autres cadrans lumineux placés dans les voitures.





MESURE DU TEMPS PROPOSEE OU APPLICATION DU
TEMPS NON UNITAIRE.



Etat initial ou équilibre de référence.



a : La variation du système est tellement faible qu'elle n'est pas perceptible. Le système proposé loins de la relativité d'Einstein en a pour base son développement dans un système qui reconnait à chaque événement son propre temps. Ce système a donc pour but de déterminer dans un système sans comparaison, donc sans relativité possible.
Les limites de cette mesure se retouve donc entre deux état d'équilibre, et
le temps permet de mesurer et de définir les variations entre ces deux états
d'équilibre. De ceci il apparait trois valeurs fondamentales qui vont
permettre d'identifier notre position dans le temps.



Etat final ou équilibre de fin



b : La variation du système est tellement faible qu'elle n'est pas perceptible. Les deux premières de ces valeurs fondamentales sont celles des limites, ou encore le début et la fin. Il est à noter qu'une seule sert dans l'étude, celle de la fin, celle qui représente l'état dans lequel apparait ce nouvel équilibre. Dans les pages précédentes cette valeur a été représentée par la lettre k. D'une façon plus pratique cette valeur représente souvent la quantité de matière qui va déterminé le nouvel état d'équilibre. L'autre première valeur sert de base, de repère,
pour des raisons de facilité la valeur 1, lui est accordée, mais ce un peu
représenter bien des choses car il symbolise l'ensemble, l'état d'équilibre
de départ.





"jo" ou encore le temps réel, ou encore le temps intrinsecte





c : La deuxième des valeurs est celle qui va donner la forme de la variation. La particularité de cette valeur est qu'elle est caractéristique de l'action. En d'autres mots, si tel élément produit tel effet particulier, chaque fois que cet élément se retrouve il produira le même effet. En d'autres mots, il sera possible d'accorder un nombre sans dimention à chaque élément, et ce nombre se retrouvera chaque fois que cet élément sera en présence quelquesoit la quantité de matière. Si nous avons plusieurs élément ou plusieurs actions lors d'un événement, chaque action
pourra être séparé et identifié à l'aide de ce nombre sans dimention. La
formule en devient par la même plus complexe, mais reste toujours analysable
d'une manière simplifiée. Ce nombre sans dimention étant ma découverte, je
l'ai nommé " jo "
.





PARTICULARITES DE LA TECHNIQUE.



La variation ou encore ce que nous nommons le temps va pouvoir se classer ou encore se définir à l'aide de particularités biens distinctes.



a : Stable ou instable



La différence entre les deux systèmes se traduit en premier par la forme de la variation, mais bien plus que cela, les deux concepts sont liés à des lois différentes. Dans le second concept nous pouvons observer que les limites interviennent d'une manière souvent violente.



b : Le nombre de facteurs



Le nombre de facteurs va déterminer la complexité du système étudié



c : Le rapport de jo et k qui régule la vitesse d'écoulement.



Ecoulement est entendu, comme étant celui du temps.



APPLICATION MATHEMATIQUE

ET

EXEMPLES.



A: Exemple sur une vie humaine.





La formule de base proposée est y = k ( 1-exp ( -t/jo ) )

Cette formule représente une passerelle entre notre mesure actuelle et peut être les instruments de mesure de demain si je trouve un partenaire pour la fabrication. En exemple prenons une espérance de vie de cent ans, et voyons ce que donne l'age réel à l'aide de la méthode proposée. Cette première approche ne se veut autre chose que grossière car dans les faits, j'ai pu observer que plusieurs facteurs influençaient une vie humaine. Mais cette approche en décrit le facteur principal et je pense permet la compréhension de ma proposition.



La valeur de k est donnée par la fin de la variation, soit cent.

La valeur de jo, qui bien que dans la réalité va dépendre de la génétique ( parents) et du mode de vie, va être à 63 % de la variation.

Cette valeur de soixante trois pour cent de variation, se détermine facilement dans des phénomènes physiques simples, mais n'est totalement juste que dans les cas ou un seul facteur influençe la variation. ce qui n'est pas notre cas ici, puisque nous parlons d'une vie humaine. De plus que devons nous pendre, la variation de hauteur, de la prise de poid, de la compréhension du langage ?

Prenons pour référence la taille, car plusieurs s'accordent à penser que le tout est lié. Pour une personne de un mètre quatre-vingt-dix, soixante trois pour cent donne Un mètre-vingt, taille d'un enfant de cinq ans. Donc la valeur jo est égal à cinq. ( La valeur sur la courbe est un peu supérieur à cinq, pour des raisons pratique, j'ai gardé un nombre entier).



Equation aux dimentions : La dimention de y est la même que celle de k. Dans la formule la valeur t représente un nombre sans dimention, t est utilisée comme représentant ( T'/T ), avec T = la base de temps choisie, et T' = La position part rapport à une base de temps unitaire.



L'age corrigé ou réel pour l'homme devient Ar = 100 ( 1- exp (-t/5) ) avec Ar = age réel

Ce qui donne qu'au bout de cinq ans d'age social, l'enfant a dans les faits soixante trois ans. Il aurra déjà passé soixante trois pour cent de son existence. J'indique en premier cette valeur car elle est particulière. Elle représente dans chaque phénomène étudié le lien entre les 63% de variation et la valeur de jo.



A 1 an d'age social, l'enfant a 18 ans

A 3 ans d'age social, l'enfant a 45 ans

A 7 ans d'age social, l'enfant a 75 ans

A 10 ans d'age social, l'enfant a 86 ans

A 14 ans d'age social, l'enfant a 94 ans

A 20 ans d'age social, l'enfant a 98 ans

A 30 ans d'age social, l'enfant a 99,8 ans


Ces données sont issus de la plus grande taille de la courbe, si nous prenons les autres tailles la valeur de jo va augmenter. Toujours sur le même graphe si nous étudions la prise de poid, nous trouvons 12 pour valeur de jo, car une personne adulte de 100 kg pèsera 63kg à douze ans.



Ceci démontre que la valeur de jo pour une vie doit être élaborée autrement.




B: Exemple sur l'eau.



Le but de cet exemple est de donner une loi générale sur les écoulements, je pense que le concept proposé permet d'écrire d'une manière simple l'équation.



Mais avant, de l'observation, il nous apparait des cas qui se traduisent difficilement actuellement.

Le premier est le pas.


Le pas est un phénomène qui apparait lors d'un changement de régime ( laminaire, turbulent ). Nous pouvons l'observer sur nos cours d'eau, il est remarquable car il remet en question notre concept des fluides basé sur le statique.

Le deuxième est le tourbillon

Sa vitesse nous semble infinie, créant ainsi la dépression appelée aussi système venturie.


Le troisième est le coup de bélier

Ce coup de bélier dont certains assez malin savaient récupérer l'énergie pour faire remonter l'eau du fond de la vallée sur les plus hautes crêtes. C'était déjà une première approche de ce qui va être dévoppé dans la suite de cet écrit.



Andre pierre jocelyn
webmaster@letime.net





banniere







Le temps